[Lecture Geek] Les Saisons du Paradis: un appel à l’imagination

La présence des Saisons du Paradis dans cette section n’est pas un hasard. Pour les bibliophiles, il n’est qu’un roman fraîchement sorti dans nos librairies le 5 juin 2018 et disponible aux Éditions Tredaniel. Mais dans le petit monde des joueurs que nous sommes, il représente la révélation de ce que nous racontera Seasons of Heaven, un jeu en exclusivité sur Nintendo Switch toujours en développement par l’auteur Nico Augusto lui-même et sa petite équipe de Any Arts Production dont voici la seule et unique bande-annonce.

Je tiens à remercier l’auteur et sa maison d’édition pour l’envoi du livre.

Résumé: Nina et Ana sont les enfants du meneur d’un groupe de survivants… Ils apprennent à évoluer dans un nouveau monde, se rappelant chaque jour que l’arrogance et la toute-puissance de l’Homme ont eu raison… de leur planète. Mais que s’est-il passé avant la fin?

Ce roman ésotérique est écrit sous forme d’une enquête policière menée par deux profilers de la brigade new-yorkaise, qui traquent un tueur aux capacités extrasensorielles à la suite de la disparition d’enfants.

Sans plus attendre voici ce que j’ai pensé des Saisons du Paradis. Un roman à lire absolument? Un jeu qui semble valoir le coup d’être attendu?

1. Un voyage dans l’inconnu

2047, dans un monde décrit comme brisé, dans lequel les derniers Hommes s’accrochent aux dernières branches d’espoir qui leur reste pour survivre et reconstruire une nouvelle vie. Nina et Ana, les filles du meneur de cette dernière poignée de survivants, s’apprêtent à connaître l’histoire qui a mené l’humanité entière jusqu’ici.

L’histoire se concentre sur Yann, un petit garçon atteint du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme, et de son compagnon, Ani, un jeune bouledogue français. Entre deux chapitres, l’auteur nous présentera de nombreux personnages, dont Tim, le père du jeune garçon et enquêteur dans la NYPD, et son coéquipier Eddie et nous fera par la même occasion voyager dans le temps, nous faisant découvrir le japon féodal ou encore les terres gauloises.

Les premiers chapitres se succèdent et laissent entrevoir la richesse d’une histoire forte en émotions. Les pages se tournent rapidement mais ont également le don de nous perdre dans l’incompréhension. Qui sont ces personnages, quelle est leur histoire, leur rôle? Tout se mélange. J’y ai souvent vu une certaine maladresse dans l’écriture qui ne m’invitait pas à m’immerger dans le récit.

Et pourtant, l’abandon n’était pas une option. Cette plume qui me plongeait dans l’inconnu au fil des pages s’est révélée être une force pour ce que les Saisons du Paradis a à nous raconter. Je me suis vue lire plus de 120 pages en une matinée, je reprenais la lecture quelques minutes à peine après avoir fermé et reposé le livre. La dernière fois que cela m’était arrivé fut lors des aventures d’un jeune sorcier avec une cicatrice en forme d’éclair sur le front.

Malgré quelques défauts d’écriture, le roman s’est révélé être un transport dans l’inconnu faisant appel à mon sens de l’imagination à visualiser les scènes et les environnements.

2. Aux portes de notre esprit

Au delà de l’imagination, les thèmes abordés par les Saisons du Paradis demande aux lecteurs à être réceptifs et appellent à l’ouverture d’esprit. Plus qu’une simple enquête policière, le roman controverse et remet en questions certains principes fondamentaux de notre société. Il amène à une réflexion quasi philosophique.

Y a-t-il une vie après la mort? Où allons-nous? Qui en est l’architecte? Sommes-nous seuls dans l’univers? Quelles peuvent être les conséquences des actions de l’Homme pour notre planète? Mêlant réalité et paranormal, tout un tas de questions que nous pouvons nous poser et pour lesquelles Nico Augusto nous transmet sa vision sans la propulser au rang de vérité. La seule question qui subsiste est «et pourquoi pas?». Les Saisons du Paradis brise des tabous avec talent à travers la vision d’un enfant, Yann.

Parfois prévisible, de bout en bout intriguant, ce premier tome des Saisons du Paradis éveille notre curiosité en tant que roman et, c’est la joueuse qui parle, en tant que jeu.

Seasons of Heaven fait partie de ces jeux sur Switch que j’attend avec impatience et l’avant-goût du roman n’a pas aidé à calmer mes attentes. Durant ces 330 pages, je m’imaginais la direction artistique, la mise en scène et me demandais même les aspects du gameplay que le jeu pourrait nous proposer une fois son heure arrivée d’atteindre nos consoles.

Après ce premier tome, le mystère qui gravite autour de l’histoire de Yann et Ani est toujours présent. Nous devons nous contenter d’un simple «à suivre…» nous laissant imaginer le prochain épisode. Si les Saisons du Paradis m’a parfois perdu dans son mélange d’histoires, de personnages et d’époques, il n’en est pas moins un très beau roman qui nous ouvre l’esprit et pousse notre imagination à bouillonner. On y apprécie d’autant plus les nombreuses références à la pop culture disséminées dans ses chapitres. En bref, le roman de Nico Augusto est un joli coup de cœur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s